MISE EN ŒUVRE DURE DE «TRADITIONIS CUSTODES » à ROME !

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est f1daf-de2bdonatis.jpg

10 novembre, 2021

Mise en œuvre dure de “Traditionis custodes” à Rome : le Triduum pascal traditionnel proscrit, haro sur les autres sacrements en rite traditionnel

La lettre émane d’un cardinal, et du cardinal vicaire du diocèse de Rome, c’est dire sa proximité avec le pape François au nom duquel il prend ces décisions violentes : Angelo De Donatis vient de rendre publiques les dispositions locales pour la mise en œuvre de Traditionis custodes, où il interdit purement et simplement la célébration du Triduum pascal selon le missel de 1962.

Il proscrit également la célébration des autres sacrements – et donc le baptême, la confirmation… – selon la liturgie traditionnelle de l’Eglise, alors même qu’ils ne sont pas visés par le Motu proprio cyniquement nommé Traditionis custodes.
Je vous propose ci-dessous ma traduction rapide de la lettre du cardinal De Donatis, publiée par le site Rorate caeli en italien et en anglais.


Vous verrez que les apostolats de la Fraternité Saint-Pierre (la Trinité des Pèlerins) et de l’Institut du Christ Roi (saints Celse et Julien) sont directement visés par ces cruelles dispositions qui privent les fidèles de Rome des offices traditionnels du Jeudi, Vendredi et Samedi Saints, et même du Dimanche de Pâques, dans tous les lieux où le rite traditionnel est autorisé.


Pour le reste de l’année, les exigences du cardinal de Donatis sont précises et nombreuses : aucun prêtre n’est autorisé à célébrer selon le rite traditionnel sans l’autorisation préalable de l’évêque diocésain. A Rome, cela veut dire, in fine, le pape lui-même. Qui porte donc la responsabilité ultime de ce tour de vis.
Le « Commissaire » provisoirement nommé pour régler ces questions est le P. Giuseppe Midili, directeur de l’Office liturgique du diocèse de Rome.


La lettre suggère également que la célébration de la messe du dimanche selon le missel de 1962 pourra être autorisée, mais non de manière systématique, dans les églises désignées par le cardinal : « Dans les églises de Saint Dominique et de Saint Sixte, de Saint Celse et de Saint Julien, de Saint Joseph à Capo le Case et de Sainte Anne au Latran, les fidèles peuvent participer à la célébration de l’Eucharistie selon le Missale Romanum de 1962, qui sera célébrée à l’heure convenue avec le Recteur de l’église et avec le responsable mentionné ci-dessus, et ce éventuellement aussi les dimanches et les jours de fête d’obligation (à l’exclusion du Triduum pascal). »Le cardinal De Donatis ose terminer sa lettre avec les mots « je vous bénis avec affection »…
Voici sa traduction intégrale. – J.S.
*
VICARIATO DI ROMA
Rome, le 7 octobre 2021 [rendu public le 9 novembre 2021].
– À tous les prêtres engagés dans la pastorale du diocèse de Rome.- À tous les fidèles du diocèse
Chers tous,
Le diocèse de Rome, accueillant les dispositions de la Lettre apostolique sous forme de motu proprio du Pape François Traditionis Custodes du 16 juillet 2021, entend, par la présente Lettre pastorale, poursuivre l’œuvre visant à « faciliter la communion ecclésiale grâce à des mesures nécessaires pour garantir le respect de leurs aspirations » (Jean-Paul II, Litt. Ap. Motu proprio datae Ecclesia Dei, 2 juillet 1988), déjà réalisée dans la Ville depuis de nombreuses années.


A cette fin, il a semblé opportun de continuer à exercer une vive charité pastorale envers les fidèles qui « n’excluent pas la validité et la légitimité de la réforme liturgique, des écrits du concile Vatican II et du Magistère pontifical » (art. 3 §1, Traditionis Custodes) et qui souhaitent néanmoins participer à la célébration de l’Eucharistie selon le Missale Romanum de 1962. Pour le bien spirituel des fidèles, il convient d’offrir des coordonnées précises pour la mise en œuvre du motu proprio.


Le motu proprio établit que les « livres liturgiques promulgués par les saints Pontifes Paul VI et Jean-Paul II, conformément aux Décrets du concile Vatican II, sont la seule expression de la lex orandi du Rite romain » (art. 1, Traditionis Custodes) et que, par conséquent, il n’est plus possible d’utiliser le Rituel Romain et les autres livres liturgiques du « rite ancien » pour la célébration des sacrements et des sacramentaux (par ex, le Rituel pour la réconciliation des pénitents selon l’ancienne forme). L’usage des autres Ordines est donc actuellement expressément interdit et seul l’usage du Missale Romanum de 1962 reste autorisé.


En outre, tous les prêtres – diocésains ou religieux – qui souhaitent continuer à se prévaloir de la faculté de célébrer selon le Missale Romanum de 1962 sur le territoire du diocèse de Rome doivent au préalable y être autorisés par écrit par l’évêque diocésain (cf. art. 5, Traditionis Custodes).


Toutes les demandes concernant la mise en œuvre du Motu Proprio doivent être envoyées par écrit à moi-même, le Cardinal Vicaire, qui les réglera par l’intermédiaire d’un Commissaire désigné par moi pour la gestion ordinaire de tous les accomplissements qui relèvent de la compétence de l’Ordinaire diocésain, en particulier en vue de l’exercice correct des facultés reconnues par le M.P. aux fidèles qui entendent se prévaloir des prérogatives qui y sont prévues.

Il est doté d’un pouvoir délégué (cf. c. 131 §1 C.I.C.) et sa fonction doit être maintenue distincte de celle prévue à l’art. 3 §4 du P.M., qui pour le moment ne sera pas activée dans le diocèse de Rome, car cela n’est pas nécessaire. En effet, je confirme que la tâche de s’occuper de la célébration digne de la liturgie eucharistique, ainsi que de l’assistance pastorale et spirituelle ordinaire de ces fidèles est confiée au curé pro tempore de la Santissima Trinità dei Pellegrini. Il exercera cette fonction animé par une vive charité pastorale et par le sens de la communion ecclésiale ; il agira en étroite communion et collaboration avec le titulaire susmentionné.


Compte tenu de ce qui précède, je décrète que le Directeur de l’Office liturgique du Vicariat de Rome exercera la fonction de Commissaire pro tempore pour la mise en œuvre du motu proprio Traditionis Custodes.
Pour ce qui est des déterminations spécifiques nécessaires, je décrète en outre ce qui suit :
– toutes les demandes spécifiquement liées à l’art. 3 §2 du motu proprio doivent mentionner explicitement l’église ou l’oratoire dans lequel la célébration est prévue (hormis les églises paroissiales, cf. art. 3 §2 Traditionis Custodes) ;
– tous les jours, hormis le Triduum pascal, les fidèles peuvent participer à la célébration de l’Eucharistie selon le Missale Romanum de 1962 dans la paroisse de Santissima Trinità dei Pellegrini (cf. art. 3 §5, Traditionis Custodes) ;
– dans les églises de Saint-Dominique et de SaintSixte, de Saint-Celse et de Saint-Julien, de Saint-Joseph à Capo-le-Case et de Sainte-Anne au Latran, les fidèles peuvent participer à la célébration de l’Eucharistie selon le Missale Romanum de 1962, qui sera célébrée à l’heure convenue avec le Recteur de l’église et avec le responsable mentionné ci-dessus, et ce éventuellement aussi les dimanches et les jours de fête d’obligation (à l’exclusion du Triduum pascal) ;
– les lectures seront toujours proclamées en italien, selon la traduction CE.I. 2008 (cf. art. 3 §3, Traditionis Custodes).
En comptant sur l’acceptation confiante par tous de ce que j’ai disposé, je vous bénis avec affection et vous accompagne de mes prières.
Angelo Card. DE DONATISVicaire général de Sa Saintetépour le diocèse de Rome
© leblogdejeannesmits pour la traduction. (Merci à Bertrand du Forum catholique pour sa vigilante relecture !)

https://leblogdejeannesmits.blogspot.com/