L’ÉTERNEL DESTRUCTEUR QUI BIENTÔT S’ACHARNERA SUR L’ÉGLISE ELLE MÊME, C’EST ELLE EN EFFET QUI EST LA CIBLE DE LUCIFER et, ELLE ( L’Église ) NE POURRA ÉCHAPPER A LEUR EMPRISE !

Apocalypse chapitre 17 : les deux couleurs principales de la Grande  Prostituée | Prédestiné à bloguer
Cette femme là, c’est la grande Cité, celle qui règne sur les rois de la terre.

L’ÉTERNEL DESTRUCTEUR QUI BIENTÔT S’ACHARNERA SUR L’ÉGLISE ELLE MÊME, C’EST ELLE EN EFFET QUI EST LA CIBLE DE LUCIFER et, ELLE ( L’Église ) NE POURRA ÉCHAPPER A LEUR EMPRISE !

C’est ainsi que même les plus hautes autorités de l’Eglise accueillent avec aménité des autorités civiles qui, ouvertement, encouragent les lois iniques et les promeuvent. Cette attitude des hommes d’Eglise est condamnable car le coupable est autant celui qui agit que celui qui encourage ou qui ne s’y oppose pas.

Ne reconnaît-on pas là la cité sainte, Rome, ses sept collines, siège de la sainte Eglise, dont les représentants se fourvoient et dont la Sainte Vierge à la Salette, en 1846, a prédit : Rome perdra la foi.

( Un Enseignement de Jésus donné à Soeur BEGHE le Mardi 22 juin 2021)

============================

La Prostituée fameuse

Quand la terre sera renouvelée, vous, Mes enfants, en serez tous heureux. Vous serez encore secoués par les événements traversés, vous serez endeuillés pour beaucoup, mais les grandes guerres ont connu ces mêmes deuils. Le deuil est une peine mais combien consolée dans le Cœur de Jésus-Christ. Quand une âme est dans la peine, si elle se console en Moi, elle sera vite en paix et en harmonie intérieure. En Moi vous trouverez toute consolation, toute joie, tout équilibre. Sans Moi, il n’y a plus rien sinon le trouble et le négatif qui vient du démon.

Quand une âme Me cherche, elle Me trouve toujours. Je ne suis jamais absent à qui Me cherche, Je ne suis jamais absent même pour une âme sincère qui ne sait où Me trouver. Je la dirige par Ma Providence et si elle est persévérante, Je Me laisse trouver.

Quand la terre sera renouvelée, Mes enfants se retrouveront dans la beauté de la nature luxuriante et de la terre épanouie. Ils privilégieront la vie à la campagne à cause de la fertilité de la terre dont ils auront besoin pour recommencer à vivre. Les villes auront été largement effacées de la surface du globe et elles ne rempliront plus les nécessités du monde passé. Je remettrai tout à plat ce qui, pour les hommes, est difficile à imaginer. Je serai recherché et vénéré, et le culte sera de nouveau important aux yeux des hommes.

Pour ceux qui entreront en ce temps béni, ils seront eux aussi bénis et ils garderont Mes préceptes avec fermeté et conviction. Ils auront l’expérience de la tragédie d’un monde sans Dieu et ils ne voudront plus qu’un tel monde surgisse encore. Ce monde du mal, de la perversion et de la décadence est monstrueux car il tue ses enfants, il les dénature, il les rend incapables de grandir et de devenir responsables. Un homme sans autre référence que ses ambitions matérielles et personnelles est un fruit avarié qui ne peut que tomber et pourrir.

L’Eglise catholique avait pour mission d’amener à la religion catholique tous les hommes, de les instruire de la loi de Jésus-Christ et de poursuivre cette œuvre de génération en génération. Elle a failli car l’Europe, la France et d’autres lieux ne sont pratiquement plus catholiques, le nombre de ses fidèles se réduit de manière implacable et le nombre de prêtres se réduit lui aussi d’autant. Quand un peuple ne donne plus de fruits, quand il n’y a plus de naissances et qu’il n’y a plus non plus d’espérance, ses jours sont comptés.

Mais Dieu n’abandonnera pas Son peuple, aussi réduit soit-il, et de même qu’Il promit à Abraham, sans enfant, une descendance plus nombreuse que les étoiles du ciel, ainsi a-t-Il promis à l’humanité chrétienne et catholique d’être avec elle jusqu’à la fin du monde. Il demeurera avec elle comme Il l’a dit et elle-même, revenue à Lui, L’adorera et Lui obéira sur une terre devenue accueillante et fertile.

Quand cela sera-t-il ?

Bientôt, Mes enfants, très bientôt. Vous en contemplez les prémisses en constatant les lois indignes qui sont votées sans souci de la bienséance ou de la dignité. Ces lois sont devenues tellement abominables que les saints dans le Ciel les condamnent toutes et les anges s’évertuent à les écarter à la demande d’un trop petit nombre de fidèles. Les anges ne sont pas impuissants, non, mais les démons sont dans la place et les hommes les y laissent. Quand les anges sont renvoyés, les démons prennent leur place et il est difficile ensuite de les déloger.

C’est ainsi que même les plus hautes autorités de l’Eglise accueillent avec aménité des autorités civiles qui, ouvertement, encouragent les lois iniques et les promeuvent. Cette attitude des hommes d’Eglise est condamnable car le coupable est autant celui qui agit que celui qui encourage ou qui ne s’y oppose pas.

La loi de Dieu est foulée aux pieds et si Dieu se tait, c’est parce qu’Il laisse faire le démon, l’éternel destructeur, qui bientôt s’acharnera sur l’Eglise elle-même. C’est elle, en effet, qui est la cible de Lucifer, d’Asmodée, de Mammon et de tous leurs suivants, et elle ne pourra échapper à leur emprise. Elle est rétive et pourtant elle se donne à eux, marchant en avant d’un pas puis reculant de deux. Elle ne les délaisse pas, elle sait qu’il le faudrait mais elle ne le fait pas. Elle est devenue leur cible et elle semble ne plus avoir la force de leur résister.

C’est parce qu’elle leur a déjà trop donné et leurs griffes sont agrippantes. Elle leur a donné sa prépondérance, son autorité et sa majesté. Elle s’est voulue l’égale de ses ennemis, elle a permis la discussion, elle a renié sa primauté. Elle, la Sainte Eglise catholique, en ses représentants, s’est nivelée au rang de ses ennemis et si elle a encore quelque rayonnement, ce sont les dernières lueurs d’un jour couchant.

L’Apocalypse, ce livre si difficile à comprendre, relate cependant la grande crise de l’humanité et de la sainte Eglise à la fin des temps. Au chapitre 17, il est question de la Prostituée fameuse, de la Femme assise sur sept collines qui sera prise en haine, dépouillée de ses vêtements et dont la chair sera mangée. Et cette femme là, c’est la grande Cité, celle qui règne sur les rois de la terre.

Ne reconnaît-on pas là la cité sainte, Rome, ses sept collines, siège de la sainte Eglise, dont les représentants se fourvoient et dont la Sainte Vierge à la Salette, en 1846, a prédit : Rome perdra la foi. Oui, la foi en Jésus-Christ, Roi des Nations, est déjà perdue car cette fête a été changée et transformée. Il n’est plus honoré en tant que Roi des Nations, tel que l’a voulu le pape Pie XI par son encyclique « Quas Primas » du 11 décembre 1925, instituant cette fête le dernier dimanche d’octobre, avant la Toussaint.

Cette fête a été changée en ‘Roi de l’univers’ et renvoyée à la fin de l’année liturgique, signifiant ainsi Sa transcendance globale à la fin de l’histoire de l’humanité au lieu de Son pouvoir effectif sur chaque nation. Si Jésus-Christ n’est plus notre chef, Il n’est plus non plus celui de la Sainte Eglise tandis que Ses représentants honorent les grands de ce monde, pécheurs et promoteurs de péché.

« Le Fils de l’homme, quand Il viendra, trouvera-t-il encore la foi sur la terre ?  » (Lc 18, 8). Mes enfants, il y a tant de mises en garde dans les livres du Nouveau Testament que vous devriez mieux les lire et les comprendre. Etudiez les saintes Ecritures, prenez-les au sérieux et ayez la foi. Je suis venu sur la terre pour vous éclairer et vous sauver. Je reste auprès de vous dans le Saint Sacrement mais vous vous égarez malgré tout ce que Je fais pour vous. Réveillez-vous, revenez à l’église, priez et soyez fidèles ! Je vous écoute alors vous aussi, écoutez-Moi ! Je veille sur vous alors vous aussi, veillez et priez !

Que Dieu soit avec vous, en vous et devant vous, Il est votre Maître et Il veut l’être aussi.

https://srbeghe.blog/2021/06/22/la_prostituee-fameuse/