IL VAUT MIEUX SE CONFESSER SOUVENT, LA CONFESSION EST UN GRAND SACREMENT, DIEU EST DANS LE CONFESSIONNAL EN LA PERSONNE DU PRÊTRE et il REMPLIT VOTRE ÂME DE SA MISÉRICORDE

Dix questions pour aller se confesser sans avoir la boule au ventre

IL VAUT MIEUX SE CONFESSER SOUVENT, LA CONFESSION EST UN GRAND SACREMENT, DIEU EST DANS LE CONFESSIONNAL EN LA PERSONNE DU PRÊTRE et il REMPLIT VOTRE ÂME DE SA MISÉRICORDE..

Ne repoussez pas vos confessions à plus tard, il vaut mieux se confesser très souvent que rarement. La confession est un si grand sacrement et peu le conçoivent à sa juste mesure.

Dieu est dans le confessionnal en la personne du prêtre et c’est vraiment à Dieu que vous vous accusez. Il vous entend, Il vous répond par la bouche du prêtre et Il remplit votre âme de Sa Miséricorde

( Message donné à Soeur BEGHE Dimanche 7 mars 2021 )

L’humilité et le sacrement de pénitence

La terre sera bientôt dégagée de ce carcan répressif qui n’est pas de Dieu mais du démon. Ce démon est l’Ange du Mal et les démons qui le servent sont violents et agressifs. Il faut se protéger d’eux par une vie pieuse et par les sacrements.

La confession est un sacrement détesté du démon et il se démène pour empêcher le pénitent de s’y soumettre. L’humilité le dissout pour ainsi dire et tant que le pénitent est humble, il a peu d’emprise sur lui. Mes enfants, ne repoussez pas vos confessions à plus tard, il vaut mieux se confesser très souvent que rarement. La confession est un si grand sacrement et peu le conçoivent à sa juste mesure.

Dieu est dans le confessionnal en la personne du prêtre et c’est vraiment à Dieu que vous vous accusez. Il vous entend, Il vous répond par la bouche du prêtre et Il remplit votre âme de Sa Miséricorde. Lorsque vous sortez du confessionnal, votre âme est belle et lumineuse et vous êtes aimés de Dieu. Quel bonheur, quelle consolation, quel encouragement ! N’ayez aucune crainte, la formulation de vos péchés est nécessaire parce que votre repentance doit être exprimée et entendue de Dieu.

Quand Je pardonnais aux malades avant ou après les avoir guéris, Je leur demandai toujours un acte de foi. La foi en Jésus-Christ est déjà un acte d’humilité et la confession est un acte d’humilité. Croire en Jésus-Christ, c’est reconnaître la distance infinie qu’il y a entre Dieu et la créature ; dans le confessionnal, vous vous reconnaissez pécheurs et, par conséquent, vous exprimez votre compréhension de cette distance infinie.

La foi, la véritable foi ne se peut sans humilité. La très sainte Vierge Marie, Ma Mère et votre Mère, était caractérisée par l’humilité. Elle se savait si petite par rapport à Dieu et son chant du Magnificat l’exprime merveilleusement. Dieu la sacrait Reine et elle se savait servante. Elle aimait Dieu dans toute la mesure de ses facultés et Dieu lui rendait cet amour de nature divine. Ma très sainte Mère excellait en la vertu d’humilité comme elle excellait en toutes les vertus.

Apprenez d’elle cette vérité : exercez-vous à l’humilité et vous obtiendrez, comme Ma Mère, beaucoup d’autres vertus, les unes appelant les autres. C’est ainsi que Ma Mère mérita son titre royal et divin : Reine du Ciel et Mère de Dieu.

Saint Joseph était aussi d’une exquise humilité, à tel point qu’il obéissait à la grâce sans discuter. Il était le serviteur de Dieu qui l’avait promu à la si grande grâce d’être le père putatif de l’Enfant Jésus et puis de l’Enfant grandissant en âge et en sagesse. Il savait que la très sainte Vierge Marie était l’épouse du Saint Esprit, Dieu, et sa grande humilité fit de lui un compagnon et un époux exemplaire pour la Reine du Ciel et de la Terre. Tous deux s’aimaient et étaient les serviteurs parfaits de Dieu, leur entente était exemplaire et leur souci du bien de l’autre était permanent. Leur vie de famille était tout imprégnée de Dieu et l’Enfant Jésus grandissant y était parfaitement aimé, respecté et chéri.

La vie familiale basée sur l’humilité à l’égard de Dieu, les rendait généreux, oublieux d’eux-mêmes et disposés à tout accepter de la divine Providence. C’est ainsi que Joseph partit de la terre en premier et il n’y eut nul murmure, nul regret même, parce que Dieu est maître de la vie et lorsqu’Il décide de la mort corporelle d’un être cher, que Sa Volonté soit bénie. La peine est là mais aucun regret, aucune pensée tournée vers soi, rien que la confiance et l’acceptation amoureuse de la divine Providence.

Le sacrement de confession a besoin de l’humilité pour être pleinement efficace sur l’âme repentante et, en ce temps de Carême, exercez-vous y, Mes enfants.

Confessez vos péchés, vos distractions dans vos prières, vos absences d’écoute de la grâce et tout ce qui vous ramène à vous-mêmes. Et quand viendra la grande, la lumineuse fête de Pâques, vous serez prêts à recevoir Jésus-Christ ressuscité en votre cœur et en votre âme.

Que la Sainte Famille soit votre modèle. Je vous bénis.

( Source: https://srbeghe.blog/2021/03/07/lhumilite_et_le_sacrement_de_penitence/