PARCE QUE  LA FOI CATHOLIQUE EST EN TRAIN DE DISPARAÎTRE DE LA SURFACE DE LA TERRE et, QUE LA SAINTE ÉGLISE ELLE-MÊME A DÉTOURNÉ DE DIEU MES ENFANTS, JE SUIS DANS L’OBLIGATION DE VENIR A L’AIDE DE CEUX QUE J’AI DÉJÀ SAUVES  MAIS !!  QUI SONT SUR LE POINT DE PÉRIR PAR MANQUE DE SOINS, PAR MANQUE DE DOCTRINE, PAR MANQUE DE SACREMENTS ET PAR MANQUE DE RÉCEPTION DE PAIN DE VIE.

Évangile du jour — Quand le Seigneur reviendra-t-Il – L'évangile des  derniers jours de Dieu

PARCE QUE  LA FOI CATHOLIQUE EST EN TRAIN DE DISPARAÎTRE DE LA SURFACE DE LA TERRE et, QUE LA SAINTE ÉGLISE ELLE-MÊME A DÉTOURNÉ DE DIEU MES ENFANTS QUI SONT AUSSI SES ENFANTS, JE SUIS DANS L’OBLIGATION DE VENIR A L’AIDE DE CEUX QUE J’AI DÉJÀ SAUVES  MAIS !!  QUI SONT SUR LE POINT DE PÉRIR PAR MANQUE DE SOINS, PAR MANQUE DE DOCTRINE, PAR MANQUE DE SACREMENTS ET PAR MANQUE DE RÉCEPTION DE PAIN DE VIE.

( Un Enseignement de JÉSUS à Sœur BEGH  Extrait du 29 Février 1992 )

Si Dieu est absent…

Si Dieu est absent, les hommes sont orphelins et leur état d’orphelin est la première et la plus scandaleuse des injustices qui leur est faite.

Je Suis le Père de mes enfants et les hommes qui ne veulent pas M’accorder la Paternité sont des voleurs. Voyez le scandale que causent les rapts d’enfants et le tort incalculable que de tels actes causent aux parents, aux enfants, et même à la société.

Ainsi en est-il des rapts des enfants de Dieu à qui l’on fait croire qu’ils n’ont pas de Père ou que leur Père ne les aime pas ni ne se préoccupe d’eux. Ces enfants subissent un préjudice grave et ceux qui agissent ainsi à leur égard sont grandement punissables.

Oui, un grand nombre de mes prêtres sont gravement coupables parce qu’ils n’ont pas été fidèles à la Grâce de leur Sacerdoce et Je leur dis:

« Chers Amis, chers Frères, chers Consacrés,

J’ai attendu depuis bien des années et Je voudrais attendre tout le temps qu’il faudrait pour que mes prêtres reviennent à Moi et Me servent comme Je le désire, comme Je le mérite et comme J’agrée leurs services.

J’ai attendu des années et Je voudrais attendre encore que les hommes d’église aient le souci des enfants de Dieu et les conduisent sur le chemin du Royaume éternel.

J’ai attendu depuis bien des années et Je voudrais encore attendre que les hommes d’église soient de nouveau des serviteurs dévoués, fidèles et diligents aux services de l’Unique Vrai Dieu, Dieu le Père, Dieu le Fils, et Dieu le Saint-Esprit.

J’ai attendu depuis bien des années et Je voudrais attendre encore que les hommes d’église reviennent à l’exercice de leur ministère dans le Foi Catholique, la Foi de la Sainte Église Catholique, apostolique et Romaine, la Foi de Jésus Christ et Seigneur.

J’ai attendu depuis bien des années et Je voudrais encore attendre que l’humanité tout entière soit catholique, car la Foi Catholique est la Seule Foi à propager, l’Unique Foi à respecter, la Seule Foi à admirer.

J’ai attendu depuis bien des années et je voudrais encore attendre que la Religion Catholique soit à nouveau la Référence des enfants de Dieu et que tous soient respectueux des Commandements de Dieu avec crainte, piété et amour.

J’ai attendu depuis bien des années et Je voudrais encore attendre que ma Loi soit la priorité des gouvernements, que mes Désirs soient les désirs des enfants de Dieu, que la Charité fleurisse sur toute la Terre et que celle-ci ne soit plus habitée que par des saints et des saintes.

J’ai attendu et Je voudrais attendre, mais J’AI DÉCIDÉ QUE LE TEMPS DE CETTE ATTENTE ÉTAIT ARRIVÉ À TERME, CAR C’EST MOI QUI DÉCIDE DE LA LONGUEUR DU TEMPS DE LA PATIENCE DE DIEU.

Je voudrais attendre comme J’ai attendu depuis deux mille ans que la Foi Catholique se propage et s’étende par toute la Terre, mais parce que LA FOI CATHOLIQUE EST EN TRAIN DE DISPARAÎTRE de la surface de la Terre et que LA SAINTE ÉGLISE ELLE-MÊME A DÉTOURNÉ DE DIEU MES ENFANTS QUI SONT AUSSI SES ENFANTS, Je Suis dans l’obligation de venir à l’aide de ceux que J’ai déjà sauvés, MAIS QUI SONT SUR LE POINT DE PÉRIR PAR MANQUE DE SOINS, PAR MANQUE DE DOCTRINE, PAR MANQUE DE SACREMENTS ET PAR MANQUE DE RÉCEPTION DE PAIN DE VIE.

J’ai attendu  depuis la Naissance de Jésus-Christ dans la pauvreté de la crèche jusqu’à son Dépouillement des églises dénudées, que la Terre soit renouvelée et qu’elle foisonne de nouveau de Grâces et de Bienfaits Divins.

J’ai attendu depuis deux mille ans et Je voudrais encore attendre, mais le temps qui doit encore s’écouler, entre aujourd’hui et l’accomplissement des Désirs Divins de Conversion de l’humanité PEUT SE COMPARER À LA DERNIÈRE SECONDE AVANT LA SONNERIE DE LA DIVINE HORLOGE.

 Oui, mes Amis, mes Frères, mes Consacrés, vous avez la charge des âmes des enfants des hommes, mais que leur arrive-t-il?

Quelle est la Destination du voyage que vous leur avez proposé et dans lequel vous les engagez ?

Qu’adviendra-t-il d’eux au bout de leur chemin?

Qu’en avez-vous fait et où les avez-vous dispersés?

J’ai donné la Grâce d’être Guide à chacun d’entre vous et, en plus de cette Grâce, Je suis Moi-même à la tête du Convoi dans lequel Je vous veux.

Mais voilà que la plupart d’entre vous M’avez quitté, entraînant à votre suite trop d’âmes qui croient être à Ma Suite à cause de votre présence, mais qui, si elles savaient que vous êtes à la dérive, ne seraient pas avec vous.

J’ai attendu et Je voudrais attendre que vous reveniez à Moi, et que les âmes qui sont avec vous reviennent à Moi et vous remercient de les avoir conduites à Moi.

MAIS LORSQUE JE N’ATTENDRAI PLUS,

ALORS,

JE POURFENDRAI DANS MA COLÈRE LES HOMMES MES SERVITEURS ET,  LES ENFANTS DE DIEU QUI N’AURONT PAS DÉSIRÉ REVENIR À MOI À MA LOI, À MA FOI, ET À MES COMMANDEMENTS. 

JE DÉTRUIRAI LA TERRE ET LES HOMMES, MES SERVITEURS ET LES ENFANTS DE DIEU QUI SONT DEMEURÉS DANS L’OBSTINATION DE LEUR IMPIÉTÉ, DE LEUR MÉCRÉANCE ET DE LEUR PERVERSITÉ.

JE DÉTRUIRAI LA TERRE ET TOUT CE QU’ELLE CONTIENT,

PARCE QUE RIEN DE SOUILLÉ NE DEMEURERA

LÀ OÙ JE RECONSTRUIS. 

CAR JE RECONSTRUIRAI LE ROYAUME DE LA TERRE

ET JE DONNERAI À LA CRÉATURE DEVENUE SAINTE

LA COURONNE ROYALE

QU’ELLE PORTERA AVEC CHARITÉ, AVEC ESPÉRANCE

ET AVEC FOI.

Voilà, mes chers Amis, mes Frères, mes Consacrés, la Parole de Dieu que Je vous adresse en ce temps de la Terre. Je vous supplie de ne pas la déconsidérer ni de l’étouffer. Elle est ma Parole et J’ai désiré vous la faire entendre (…)

Je vous aime malgré vos errements, malgré vos trahisons, malgré la dureté de vos cœurs, car Je ne Suis pas venu pour les justes mais pour les pécheurs, et IL Y A UNE GRANDE JOIE DANS LE CIEL À LA CONVERSION D’UN PÉCHEUR.

Dieu et les hommes,

Sœur Beghe,

Extrait du 29 Février 1992,

Année de Grâces

Et de Miséricorde.

Aux Éditions RÉSIAC