LA PLUS GRANDE ERREUR A ÉTÉ D’INTRODUIRE LES IDOLES DANS L’ÉGLISE ( Basilique St PIERRE )

LA PLUS GRANDE ERREUR A ÉTÉ D’INTRODUIRE LES IDOLES DANS L’EGLISE ( Basilique St PIERRE )

( Une déclaration du cardinal Gerhard Ludwig Müller )

« L’idée d’une Terre-Mère est inacceptable. C’est du paganisme. »

Dans un entretien accordé à Raymond Arroyo d’EWTN le 24 octobre, le cardinal Gerhard Ludwig Müller, ancien préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, a déclaré que « la plus grande erreur avait été d’introduire les idoles dans l’Eglise, et non pas de les enlever, car selon la loi de Dieu lui-même – le premier commandement – l’idolâtrie est un péché grave et ne doit pas être mélangé avec la liturgie chrétienne. » 

Le cardinal Walter Brandmüller – l’un des quatre cardinaux ayant rédigé des Dubia sur l’exhortation Amoris lætitia – a loué le retrait des statues de la Pachamama d’une église catholique et a qualifié ceux qui ont posé cet acte « de prophètes ». « Ces deux jeunes hommes qui ont jeté ces idoles sans goût dans le Tibre n’ont pas commis de vol, mais ont posé un acte, un acte symbolique tel que ceux nous voyons avec les prophètes de l’Ancien Testament, avec Jésus – pensez à la purification du Temple (où les marchands furent chassés) –, avec saint Boniface qui a abattu le chêne de Thor près de Geismar », a déclaré le prélat allemand en concluant : « Ces deux courageux “Maccabées” qui ont éliminé “l’abomination de la désolation dans un lieu saint” sont les prophètes d’aujourd’hui. » 

« L’idée d’une Terre-Mère est inacceptable. C’est du paganisme. »

L’un de ces deux jeunes gens est Alexander Tschugguel, 26 ans, militant pro-vie autrichien. Le 4 novembre, il a donné les raisons de son geste à Jeanne Smits : « Pour moi, les choses étaient très claires. J’étais à Rome pour assister à diverses conférences au début du synode. Je me suis rendu à Santa Maria in Traspontina. Selon moi, il était absolument clair que ces statues sont des idoles païennes. Des personnes se sont prosternées devant elles, devant des images sculptées de la Terre-Mère, et sur ce point, nous pouvons tous être d’accord, car même lors des conférences de presse au moment du synode, on nous a dit qu’il s’agissait de symboles de la fertilité et de la Terre-Mère. Ce fait me suffit pour savoir qu’il s’agit de symboles de la Terre-Mère, or la Terre-Mère est déjà en soi un objet païen.  

« En tant que catholique, je crois que Dieu est le créateur de la terre. (…) L’idée d’une Terre-Mère est théologiquement inacceptable. C’est du paganisme et rien d’autre, et j’ajouterais que la Terre-Mère est l’exemple-type du paganisme. Cela me suffit pour être absolument certain que ces statuettes représentent une idole païenne. » 

Et ce courageux soldat du Christ d’ajouter de façon très pertinente : « Ce qui est intéressant à noter, c’est qu’il s’agit d’une religion fabriquée. Ainsi, les gens qui étaient dans l’église de Santa Maria in Traspontina étaient des Brésiliens pour la plupart. Au Brésil, il n’y a pas de Pachamama parmi les tribus indigènes : elle fait partie des religions des Andes. C’est une nouvelle religion, résultant de mélanges, qui a été inventée il y a quelques décennies, et qui est aujourd’hui promue par notre propre Eglise, par la seule Eglise véritable, la seule qui peut nous donner toutes les grâces. C’est pour cela que Dieu l’a fondée, pour qu’elle nous donne la doctrine, les grâces, la voie afin de pouvoir suivre le Christ et d’entrer au ciel. Tel est l’objectif de l’Eglise ; il ne lui appartient pas de redéfinir ce qu’est la religion ni, à partir de là, d’inventer une nouvelle religion. Cela n’est pas possible. » 


  ( Source et suite :

https://fsspx.news/fr/le-culte-paien-de-la-pachamama-a-la-lumiere-de-la-declaration-abou-dabi-52937