LORSQUE JE VIS L’ÉGLISE DE SAINT PIERRE DANS SON ÉTAT DE RUINE ET COMMENT TANT D’ECCLÉSIASTIQUES TRAVAILLAIENT A L’ŒUVRE DE DESTRUCTION !

Prions avec Luisa Piccarreta - Hozana

LORSQUE JE VIS L’ÉGLISE DE SAINT PIERRE DANS SON ÉTAT DE RUINE ET COMMENT TANT D’ECCLÉSIASTIQUES TRAVAILLAIENT A L’ŒUVRE DE DESTRUCTION !

PROPHÉTIES DE LOUISA DE PICCARRETA

1er NOVEMBRE 1899

Alors que j’étais dans mon état habituel, je me suis soudainement trouvée hors de mon corps, à l’intérieur d’une église. Là, il y avait un prêtre qui célébrait le Sacrifice divin. Il pleurait amèrement et disait :
.

« La colonne de MON Église n’a pas d’endroit où se reposer !»

Le prêtre qui célébrait la messe ( je pense que c’était Notre-Seigneur,  ) m’appela près de lui et me dit :

«Ma fille, regarde dans quel piteux état se trouve MON Église ! Ces personnes mêmes qui devraient la soutenir, la démolissent. Ils la frappent et vont jusqu’à la diffamer. Le seul remède pour moi est de faire couler beaucoup de Sang pour en former comme un bain afin de pouvoir laver cette boue putride et guérir ces blessures profondes. Lorsque, par ce Sang, ces personnes seront guéries, fortifiées et belles, elles pourront être des instruments capables de maintenir mon Église stable et ferme.»

27 NOVEMBRE 1917

LA SAINTETÉ DANS LA DIVINE VOLONTÉ EST EXEMPTE D’INTÉRÊTS PERSONNELS ET DE PERTES DE TEMPS..


«Les églises sont peu nombreuses et, cependant, beaucoup seront détruites. Souvent, je ne trouve pas de prêtres pour me consacrer sous la forme eucharistique. Certains permettent que des âmes indignes me reçoivent. Certaines âmes ne se donnent pas la peine de me recevoir et d’autres ne le peuvent pas. Ainsi, mon Amour est entravé. Voilà pourquoi je veux la sainteté dans ma Volonté.

Pour les âmes qui la vivront, je n’aurai pas besoin de prêtres pour me consacrer, ni d’églises, ni de tabernacles, ni d’hosties, parce que ces âmes seront tout ensemble prêtres, tabernacles et hosties. Mon amour sera plus libre. Quand je voudrai me consacrer, je pourrai le faire à tout moment, jour et nuit, et partout où ces âmes se trouveront. Oh ! comme mon Amour trouvera son complet déversement !»
.
«Ah ! ma fille, la génération présente mérite d’être complètement détruite ! Si je permets à quelques personnes de rester, ce sera pour former ces soleils de sainteté dans ma Volonté qui feront pour moi tout ce que les autres créatures, passées, présentes et futures, me doivent. Alors, la terre me donnera une vraie gloire et mon «Fiat Voluntas tua» sur la terre comme au Ciel connaîtra son total accomplissement.»

7 AVRIL 1919
LES DÉSORDRES DANS LE MONDE ET DANS L’ÉGLISE SONT CAUSÉS
PAR LEURS CHEFS.

«Quel désordre dans le monde ! Ce désordre provient des chefs ecclésiastiques autant que civils. Leur vie étant remplie d’intérêts corrompus, ils n’ont pas la force de corriger leurs sujets. Ils ferment les yeux sur leurs méfaits parce que, vraiment, ils leur reprocheraient leurs propres méfaits. S’ils reprennent leurs sujets, ce n’est que d’une manière superficielle. Ils ne sont pas eux-mêmes habités par le bien ; comment pourraient-ils l’infuser chez les autres ? Combien de fois n’ont-ils pas préféré le mal au bien ? Aussi, je les frapperai d’une manière particulière.»


J’ai dit à JÉSUS :


«JÉSUS, épargne les chefs de l’Église, ils sont déjà si peu nombreux. Si tu les frappes, nous manquerons de leaders.»

.
Il me répondit :

« Ne te souviens-tu pas qu’avec douze apôtres, j’ai fondé l’Église ? De la même manière, ceux qui resteront seront en nombre suffisant pour réformer le monde. L’ennemi est déjà à leur porte ; les révolutions sont déjà à l’œuvre ; les nations nageront dans le sang et leurs chefs seront dispersés. Prie et souffre pour que l’ennemi n’ait pas la liberté de tout précipiter dans la ruine.»

Lorsque je vis l’Église de Saint Pierre dans son état de ruine et comment tant d’ecclésiastiques travaillaient, eux aussi, à l’œuvre de destruction, sans qu’aucun d’eux voulut le faire ouvertement devant un autre, j’en ressentis une telle affliction que je criai vers Jésus de toutes mes forces, implorant SA Miséricorde.

«Les protestants se mirent partout à attaquer l’Église».

Alors je vis devant moi mon époux céleste sous la forme d’un jeune homme et il me parla longtemps. Il dit, entre autres choses, que cette translation de l’Église d’un lieu à un autre signifiait qu’elle paraîtrait en complète décadence, mais qu’elle reposait sur ces porteurs et qu’elle se relèverait avec leur aide. Quand même il ne resterait qu’un seul chrétien catholique, l’Église pourrait triompher de nouveau, car elle n’a pas son fondement dans l’intelligence et les conseils des hommes.

Il me montra alors comme quoi il n’avait jamais manqué de personnes priant et souffrant pour l’Église. Il me fit voir tout ce que lui-même avait souffert pour elle, quelle vertu il avait donné aux mérites et aux travaux des martyrs et comment il endurerait de nouveau toutes les souffrances inimaginables s’il lui était possible de souffrir encore.

Il me montra aussi dans des tableaux innombrables la déplorable conduite des chrétiens et des ecclésiastiques, dans des sphères de plus en plus vastes s’étendant à travers le monde entier et où mon pays était compris, puis il m’exhorta à persévérer dans la prière et la souffrance.

C’était un tableau immense et indiciblement triste qu’il est impossible de décrire. Il me fut aussi montré qu’il n’y a presque plus de chrétiens dans l’ancien sens du mot, de même que tous les juifs qui existent encore aujourd’hui sont de purs pharisiens, seulement encore plus endurcis que les anciens : il n’y a que le peuple de Judith en Afrique qui ressemble aux Juifs d’autrefois.

Cette vision m’a remplie de tristesse».

Source : https://prophetesetmystiques.blogspot.com/search/label/LOUISA%20PICCARRETA