CHAPELET DES LARMES DE SANG

CHAPELET DES LARMES DE SANG DE LA VIERGE MARIE

ORIGINE DU CHAPELET DES LARMES

Ce chapelet a été révélé par Jésus et sa Très Sainte Mère à sœur Amélia, cofondatrice de l’Institut des Missionnaires de Jésus Crucifié, au Brésil.

Le Divin Sauveur révéla à sœur Amélia les invocations à dire puis ajouta :

« Ma fille, ce que les hommes me demanderont à cause des Larmes de Sang de ma Mère, je le leur accorderai affectueusement. »

Suivant la promesse de son Fils, le 8 mars 1930, la Vierge Marie remit ce chapelet à la religieuse en lui disant :

« Voici le chapelet de mes Larmes de Sang, déjà confié par mon Fils. Votre Sauveur veut que je sois particulièrement honorée par ces invocations et ainsi, il accordera volontiers toutes les grâces demandées à cause de mes Larmes. »

           A sainte Catherine Labouré (1830), aux pastoureaux de La Salette (1846), ainsi qu’à Syracuse (Assomption-de-Marie.jpg1953), la Vierge manifeste sa souffrance en versant des larmes. Le 8 novembre 1929, sœur Amalia se rendit à la chapelle et pria. jésus lui répondit : « si vous voulez obtenir cette grâce, demandez la au nom des larmes de ma mère ».

           Le Sauveur ajouta : « Ma fille, tout ce que les hommes demandent au nom des larmes de ma mère, je me sens obligé de le leur accorder de bon cœur. plus tard, ma mère donnera ce trésor à notre cher institut comme un attrait de sa Miséricorde. »

           La Sainte Vierge dit aussi : « C’est le chapelet de Mes Larmes qui est confié par Mon Fils à son cher institut comme la part de son testament. Les invocations ont déjà été données par mon Fils. Par ces invocations Mon Fils veut M’honorer tout particulièrement et accorder volontiers toutes les grâces qu’on demandera en vue de Mes larmes. Ce chapelet servira puissamment à la conversion de beaucoup de pécheurs, spécialement des spirites. A l’institut du Sauveur Crucifié est réservé l’honneur particulier de convertir beaucoup de membres de cette secte si pernicieuse à l’arbre florissant de l’église militante. »

« Par ce chapelet le diable sera vaincu et la puissance de l’enfer sera détruite. Récitez le chapelet des Larmes de sang ! Répandez-le ! Le démon fuit là où il est récité. Par ce chapelet, vous obtiendrez la conversion des pécheurs, principalement de ceux possédés du démon.

 Préparez-vous pour ce grand combat. Mon Fils accordera volontiers toutes les grâces sollicitées au nom des mes larmes… »

« Récitez le chapelet des Larmes de sang ! Répandez-le ! Le démon fuit là où il est récité. Par ce chapelet, vous obtiendrez la conversion des pécheurs, principalement de ceux possédés du démon. »

(Paroles de la Très Sainte Vierge Marie.)

CHAPELET DES LARMES DE SANG

ON COMMENCE LE CHAPELET EN DISANT :

« Jésus Crucifié, prosternés à tes pieds, nous t’offrons les Larmes de Sang de Celle qui t’a accompagné pendant ton si douloureux chemin de la Croix avec un tendre et compatissant amour.

Fais, ô bon Maître, que nous prenions à cœur les enseignements tirés des Larmes de Sang de ta Très Sainte Mère, afin qu’accomplissant ta Sainte Volonté sur la terre, nous puissions te louer et te glorifier au Ciel pendant toute l’éternité. Amen. »

A la place du PATER, dites 3 fois :

« O Jésus, regarde les Larmes de Sang de Celle qui t’a le plus aimé sur terre et qui t’aime le plus tendrement au Ciel. »

A la place des AVE MARIA, dites 7 fois :

« O Jésus, exauce nos prières à cause des Larmes de Sang de ta Très Sainte Mère. »

A la fin, dites 3 fois :

« O Jésus, regarde les Larmes de Sang de Celle qui t’a le plus aimé sur terre et qui t’aime le plus tendrement au Ciel. »

On récite sept septaines (7 fois 7).

En terminant :

« O Marie, Mère de l’Amour, des douleurs et de la miséricorde, nous te demandons d’unir tes prières aux nôtres afin que Jésus, ton Divin Fils, auquel nous nous adressons, au nom de tes maternelles Larmes de Sang, exauce nos supplications et nous accorde, avec les grâces demandées, la couronne de la Vie éternelle. Amen.

Que tes Larmes de Sang, ô Mère douloureuse, anéantissent le pouvoir de l’enfer. Amen.

Que ta divine douceur, ô Jésus crucifié, préserve le monde de la confusion et de la menace. Amen. »